LE GESTE COURAGEUX DE "RICHIE"

Pour découvrir la vie et la mort d'un jeune jésuite Philippin en formation (scolastique) dans un centre pour des adolescents cambodgiens handicapés, vous pouvez lire ce texte.
 

            Le 17 octobre 1996, Richard Michael "Richie" Fernando, 26 ans, scolastique jésuite en mission au Cambodge,
            a été tué par l'explosion d'une grenade à l'école technique de Banteay Prieb, dans la banlieue de Phnom Penh.
            L'annonce brutale de la tragédie par le Service jésuite aux réfugiés (SJR) se lit comme suit:

            "L'accident est arrivé alors qu'un étudiant troublé tenta de lancer une grenade dans une classe d'étudiants.
            Richie le retint pour l'empêcher d'accomplir son geste et fut frappé à la base du crâne et au dos par la grenade
            retombée. En saisissant l'étudiant troublé, Richie a sauvé les vies de nombreux autres étudiants, mais perdit la
            sienne dans cet acte courageux."

            Tributs, mémoires et témoignages à la bravoure de Richie ont afflué, portant témoignage non seulement à la
            douleur, mais aussi à la consolation que son héroïque sacrifice avait provoquée parmi les membres de sa
            famille, ses amis, ses frères jésuites et ses compatriotes. Pas moins que le président Fidel Ramos lui- même a
            salué en Richie "un nouveau héros", exhortant les Philippins à imiter son exemple d'altruisme et de générosité.

            Au cours de l'année et demie qui vient de s'écouler, Richie servait la mission du Cambodge, spécialement les
            étudiants handicapés du Banteay Prieb (Centre de la Colombe), comme partie de sa formation en vue du
            sacerdoce. Dans le rapport annuel du Jesuit Service Cambodgia (qui surveille les activités du SJR),
            Banteay Prieb est décrit comme suit:
            "... un centre pour personnes handicapées par des mines anti-personnel, la guerre, la polio et divers accidents.
            Auparavant, c'était un centre de communications, une manufacture, une scène de tueries des Khmers rouges et
            une prison. Maintenant, c'est un endroit qui permet aux handicapés de raconter leur propre histoire, de
            rassembler leur force et leur espoir en se trouvant les uns avec les autres, et d'acquérir une nouvelle habileté
            qui renforce un sens de la dignité et de la valeur et assure un revenu permanent ou à temps partiel créant des
            possibilités."

            C'est à cette tâche que Richie se consacrait de tout son coeur, surveillant les étudiants et assumant une foule
            d'autres besognes pour l'école et pour la communauté de volontaires au service de celle-ci. Soeur Denise
            Coghlan, chef de l'équipe mixte de personnes religieuses et laïques à Banteay Prieb nous communique ce qui
            suit:
            "Richie avait un coeur extraordinaire à l'endroit des handicapés. Son plus récent travail au Centre de la
            Colombe avait été d'accueillir les nouveaux arrivants, hommes et femmes, pour leur formation préparatoire en
            lecture et en calcul et de préparer un merveilleux festival pour les diplômés des cinq années du centre. Cette
            fiesta devait avoir lieu le 1er novembre, fête de tous les saints. Maintenant, Banteay Prieb a un nouveau saint
            qu'il peut prier pour tous ceux qui vivent et étudient là."

            Beaucoup parmi les étudiants dont Richie avaient soin furent victimes de mines anti-personnel, qui continuent
            d'affliger le Cambodge déchiré par la guerre. On dit qu'il y a encore neuf millions de mines anti-personnel
            abandonnées au Cambodge, assez pour chaque homme, chaque femme et chaque enfant du pays. Le
            Cambodge se relève lentement des conflits brutaux du passé, mais il a encore beaucoup de chemin à
            parcourir. C'est à la misère et à la pauvreté de cette nation toujours en conflits que Richie fut envoyé. Après
            son stage de deux ans à Banteay Prieb, Richie aurait commencé ses études de théologie, revenant au
            Cambodge comme prêtre dûment ordonné en 2001. En lieu et place, il a offert à la mission du Cambodge
            quelque chose de plus grand. L'ultime sacrifice de sa vie en inspirera sûrement d'autres à suivre ses traces et à
            poursuivre avec un zèle encore plus grand le travail qu'il a laissé derrière lui.

            Dans sa jeune vie de jésuite, Richie a été en mesure d'affirmer la triple poussée apostolique confirmée par la
            Compagnie de Jésus dans sa 34e congrégation générale:
            "Pas de service de la foi sans promotion de la justice, sans entrée dans les cultures, sans ouverture aux autres
            expériences religieuses."

            C'est dans cet esprit que les jésuites de la mission du Cambodge ont servi les Khmers depuis 1980. Les restes de
            Richie reposent maintenant au noviciat du Sacré Coeur, où il a commencé son cheminement comme jésuite,
            mais son esprit animera sûrement la mission du Cambodge pour des années à venir. Le père Thomas
            Steinbugler de la Conférence jésuite de l'Asie orientale, qui a contribué à aider le travail de Richie au
            Cambodge, écrit ceci:
            "Richie est le premier jésuite à partager la violence fatale qui a dévasté le Cambodge. Il a joyeusement partagé
            les joies et les peines des Cambodgiens, leur langue et leurs espoirs en l'avenir, qui devaient devenir les siens
            également. Maintenant, il sera leur grand frère pour toujours."

            Robert Exequiel Rivera, S.J.

            traduction d'Ernest Richer, S.J.
 

Propositions :

Vous serez assuré que vous avez bien lu si vous pouvez répondre aux questions suivantes :

        1- Richard  Michaël Fernando avait un surnom, lequel ?................................................................
        2- C'est un jeune de nationalité .......................................................................................................
        3- Le nom de l'école technique évoque la paix, il s'agit de ..............................................................
        4- C'est pour éviter une catastrophe que ce jeune jésuite est intervenu, laquelle ...........................
        .........................................................................................................................................................
        5- Depuis combien de temps Richard était-il là ? ............................................................................
        6- Ce séjour dans le centre Banteay Prieb était une étape de sa formation jésuite vers le .............
        7- Quel est le but de ce centre ? .......................................................................................................
        8- Quelles y étaient les différentes tâches de Richard ? ...................................................................
        9- Y a t-il encore beaucoup de mines anti-personnel abandonnées au Cambodge ? .......................
        10- Relevez la phrase que la 34è réunion générale de la Compagnie de Jésus  a écrite et que la vie
        de Richard  illustre bien ..................................................................................................................
 

A partir de ce témoignage pourquoi ne pas engager un échange mais avant, chacun peut écrire une de ses réactions et une question qu'il aimerait débattre avec les autres ?

Ce texte est tiré d'un site canadien : http://www.odyssee.net/~vicala/anp124.html
 
  Retour à la page "Saint Ignace"