Une oeuvre picturale du XVème siècle, au musée de Linköping,
représentant BRIGITTE DE SUEDE

Origine et situation de l'oeuvre
Cette peinture est l'oeuvre d'un Néerlandais anonyme qui vécut au 15ème siècle, donc quelques décennies après l'existence de Ste Brigitte qu'il représente ici.
    Ce tableau se trouve actuellement en Suède, le pays de Brigitte, au musée de Linköping. C'est dans cette ville, en effet, que vécurent deux prêtres qui firent partie de l'entourage de Brigitte ; l'un se nommait Niels Hermanson et fut évêque de Linköping ; l'autre était Maître Mathias, chanoine de la même ville et grand théologien de son temps.

La robe et la coiffure
     Brigitte est représentée en robe et en coiffure de veuve ; épouse et mère de famille pendant vingt-huit ans, elle devint veuve en 1344 et c’est souvent ce vêtement qui est choisi pour la peindre.

Son visage, légèrement levé, exprime attention et réceptivité. Son regard sérieux et paisible est attiré vers le ciel : le spectateur comprend que la sainte est en communication avec un Autre.

Sa position
   Brigitte est assise devant un écritoire. Elle tient une plume et fait donc œuvre d’écrivain ; à partir de son veuvage, la rédaction des "Révélations" s’intensifia et ce livre est l’un des attributs iconographiques  les plus courants associé à Brigitte.

A coté d’elle, se tient un ange que l’on reconnaît facilement grâce à ses ailes et à la couleur blanche de son vêtement ; l’ange est le messager de Dieu ; il symbolise la communication possible entre Dieu et les hommes ; et le peintre le signale clairement dans sa façon de peindre les ailes du messager : l’une pointe vers le ciel et l’autre pointe vers la terre .
De plus, l’ange pose une main sur une partie du livre tandis que l’autre partie du livre est tenue par la main de Brigitte : une façon de dire que ces pages sont tout à la fois l’œuvre de la femme qui l’écrit et l’œuvre de Dieu qui l’inspire.
La main droite de l’envoyé est orientée vers Brigitte en signe de confirmation de la mission de Brigitte ; « oui, tu as bien à noter ce que tu entends et ce que tu vois » semble-t-il dire.
     Ainsi, par ces différents procédés, le peintre fait percevoir que Brigitte écrit non ses propres idées ou jugements mais les réflexions qui lui sont inspirées, « soufflées », révélées par Dieu.

 En arrière-plan , l’on peut voir la Trinité et Marie.
    A droite de Brigitte, le Père, vieillard couronné au regard bienveillant, dans les nuées ; créateur du monde (sauvé par la croix du Christ) qu’il tient dans sa main ; bénissant l’humanité de sa main droite.
Au centre, juste au-dessus de Brigitte, représenté par une colombe, plane le Saint Esprit inspirateur des Révélations.
A gauche de la Sainte, on reconnaît la Vierge, Marie, mère de Jésus sur la terre, et « reine » dans les cieux dont Brigitte transmet aussi les Révélations reçues dans sa prière.

Les couleurs
    On peut noter que la couleur dominante de cette peinture est l’« or » : le panneau du fond, l’écritoire, les ailes et la chevelure de l’ange, la bordure du vêtement, les couronnes royales (du Royaume de Dieu), la croix, la chevelure de Marie.
 Dans l’iconographie religieuse, cette couleur qui porte en elle son rayonnement est le symbole de la lumière divine.
La couleur blanche représente elle aussi le divin et l’on comprend que l’ange de Dieu en soit revêtu.
Les bruns se trouvent sur ce qui est terrestre : le cadre qui évoque la maison, le siège de Brigitte.

    Ainsi , l’auteur de cette oeuvre picturale fait-il comprendre à celui qui la contemple que Brigitte appartient bien au monde terrestre mais qu’elle est déjà associée à la vie divine, qu’elle vit en communion spirituelle avec Dieu, bref qu’elle est une "sainte".
Retour à la page d'accueil Ste Brigitte